jeudi 17 avril 2014

Ciudad Perdida


Nous décidons après quelques hésitations de passer la dernière semaine de notre voyage dans le Nord du pays, 22h de bus pour atteindre Santa Marta sur la côte caribéenne.
Un trek de cinq jours permet dans le parc de Tayrona de joindre la Cuidad Perdida.
Nous sommes heureux de partir avec un groupe de colombiens qui profitent des vacances de la semaine sainte. L'ambiance est très chaleureuse dans notre groupe, la marche dans la forêt est propice à l'échange, la complicité, la fraternité, vraiment super "chevere" notre groupe.






Il y a des rios pour se rafraîchir,


des haltes pour manger des fruits,


On est dans la réserve du peuple Tayrona, il conserve avec orgueil son mode de vie traditionnel, un peu nomade, fidèle à ses croyances chamaniques. Ces amérindiens ont échappé aux conquistadors  parce que leurs villages dans la Sierra Nevada étaient inaccessibles aux cavaliers.
  





On croise le chemin des fourmis




 des perroquets plutôt apprivoisés










Il y a des militaires partout, ceux là en poste à 3 jours de marche de la route.



Recette des "patacones" :
Frire les bananes plantins dans l'huile les sortir, les aplatir, les remettre à la friture et voilà.
Pour les amérindien  ce fruit/légume constitue la base de l'alimentation.







La cité perdue est faite des vestiges mis récemment à jour d'un habitat qui date du 7ème siècle, abandonné au 10ème. Restent des km d'escaliers, des murs de soutènement,  des plate-formes qui devaient supporter les huttes.


 Fougères arborescentes





Le site est beaucoup plus grand que celui du Machu Pichu mais est très loin d'égaler sa qualité architecturale.



Les habitants du parc sont des mâcheurs de coca, les hommes seulement, notre guide nous montre le "Poporo" qui contient la chaux qui potentialise les effets de la mastication des feuilles. Ces pratiques nous interpellent parce qu'elles occupent une grande partie du temps de hommes adultes tout en affirmant leur statut social.





Certains d'entre-nous qui ont les pieds douloureux adoptent la mule pour le retour.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire